Chauffage biomasse – voyez comment se passe la récolte de biomasse en Finlande

Cette vieille vidéo présente la récolte de biomasse dans une ferme en Finlande. Vous pouvez y voir les opérations de récolte avec une tête abatteuse accumulante à biomasse, le transport avec une remorque forestière, l’empilage pour un séchage à air libre en forêt, le déchiquetage, le séchage actif des chip de bois, le transport jusqu’à la chaufferie et le retour des cendres comme engrais pour la forêt.

Toute cette opération fonctionne sur la base d’une entreprise unipersonnelle. L’outil le plus important est le tracteur forestier et tous les accessoires qui permettent d’effectuer les différentes opérations.

Récolte de biomasse pour le chauffage

La récolte de biomasse pour le chauffage en Finlande est faite durant des coupes sélectives. Ces opérations font partie des nouvelles pratiques forestières mises en place progressivement depuis les années 1960 et sont l’une des raisons pour laquelle les forêts finlandaises captent plus de carbone que jamais au cours de l’histoire. Un bon entretien de la forêt laisse plus d’espace et de lumière pour la croissance des arbres, qui du coup sont plus robustes et résistent mieux aux maladies et permet de mieux contrôler les feux de forêt. L’autre source de biomasse est les rebuts des opérations de coupe commerciale en forêt: essences non commerciales, branches, cimes…

Tête d'abattage accumulatrice Naarva utilisée dans la récolte de biomasse

L’opération de récolte débute avec une tête abatteuse accumulatrice comme sur la photo ci-dessus (modèle E25 de Naarva). La tête d’abattage accumulatrice permet de découper plusieurs petits troncs et de les accumuler avant de poser un ensemble de troncs au sol. Ceci rend l’opération de récolte de biomasse rapide et économique.

Biomasse séchant sur le bord de la route forestière

La biomasse ainsi récoltée est entassée sur le bord d’une route forestière avec une remorque forestière. Il est alors laissé sécher à l’air et peut éventuellement être couverte d’un carton ciré pour minimiser la quantité d’eau et de neige auquel il est exposé.

Après une saison, le bois ainsi entassé a naturellement diminué en humidité. L’humidité moyenne se situe alors aux alentours de 35%, ce qui est suffisant pour que la chip de bois ne commence pas à fermenter (chauffer). Tous les équipements de combustion de biomasse Säätötuli sont conçus pour fonctionner avec un combustible biomasse à 35% d’humidité.

Chipper FarmiForest utilisé pour la production de biomasseOn peut alors broyer le bois avec un chipper pour combustible biomasse comme le FarmiForest CH260 sur la photo ci-dessus.

Conditionnement du combustible biomasse

Il est très important de ne jamais transformer du bois vert en chip. Un tas de chip trop humide (au dessus de 35%) va commencer à fermenter sous l’action de bactéries et de champignons. Cette fermentation va détruire une partie de l’énergie contenue dans la biomasse. L’augmentation de chaleur permettra de sécher le combustible plus rapidement, mais cela se fait au détriment de deux graves dangers. En premier lieu, la fermentation peut être intense au point d’enflammer spontanément le tas de chip de bois. Le deuxième danger réside dans les spores des champignons et des bactéries responsables de la fermentation. Lors de la fermentation, la population microbienne s’accroit grandement et certains de ces bactéries et champignons forment des spores (forme de conservation). Ces spores sont facilement transférés à l’air lorsqu’on manipule la chip de bois par exemple avec la chargeuse du tracteur, et ils vont aller se loger dans les poumons du conducteur. On ne dispose pas encore de beaucoup de résultats d’études sur le sujet, mais il est fortement conseillé d’éviter de s’exposer inutilement à ce danger.

Concept de séchoir biomasse économique

Dans le cas où il n’est pas envisageable de laisser une saison complète entre la récolte de biomasse et sa transformation, une solution peut être le concept de séchoir à biomasse économique montrée sur la vidéo. Il s’agit simplement d’une grange qui a été modifiée pour laisser passer de l’air par le sol. Cet air est poussé par un ventilateur qui est couplé à un hygromètre qui coupe le ventilateur lorsqu’il pleut et le rebranche une fois la pluie passée. L’air peut être chauffé pour un résultat plus rapide, mais même de l’air froid poussé à travers le tas de plaquettes de bois suffit pour éviter la fermentation. Ce type de réserve peut être rempli d’une couche d’environ 3 pieds (1 mètre) à la fois. Une fois que la première couche est assez sèche, on peut rajouter une couche dessus (environ 2 semaines de séchage par couche durant l’été).

Une fois le combustible utilisé dans une chaufferie, les cendres sont retournées à la forêt. Les cendres sont principalement constitués de minéraux qui viennent déjà du bois, donc il est logique de les y retourner. Un échantillonnage est fait sur les cendres pour vérifier qu’ils ne contiennent pas de métaux lourds avant de les utiliser comme engrais.